A l’heure où l’intelligence collective devient une pratique que beaucoup cherche à développer, une bonne compréhension des mécanismes de l’EGO est utile.

Prenons un peu de recul. Je vous propose de passer au-delà de l’image commune de l’ego, utilisée pour caractériser quelqu’un qui cherche son propre bénéfice au détriment des autres.

Trouver une définition CLAIRE de l’égo, n’est pas un exercice facile ! Celle qui m’a parlée et que je vous partage est la suivante :

« L’ego est le résultat d’une activité mentale qui crée et maintien en vie une entité imaginaire dans notre esprit.» Han F. de Wit

Cela dit, elle mérite un peu plus d’explication…

L’ego nous permet d’être qui nous sommes, de marquer notre individualité dès notre naissance. L’ego fait partie de chacun d’entre nous, c’est ce qui nous permet de survire. Sans ego, dans les situations d’urgence, nous nous ferions tuer par le premier prédateur. Ça c’est pour le côté positif !

Pour le côté négatif, l’ego se construit en créant une image de soi qui n’est pas réelle, mais qui va servir de référence. C’est pour cette raison que nous allons chercher en permanence à nous comparer, à juger, en considérant que pour exister nous devons être différent, unique.

L’ego n’est pas le problème. C’est le pilotage de notre vie par l’EGO qui devient un problème. Quand notre pied reste coincé sur la pédale de l’accélérateur de l’EGO, quand notre individualité nous fait oublier que nous sommes liés aux autres et à la nature.

Une manifestation excessive de l’EGO peut avoir plusieurs conséquences :

  • Je contrôle tout et je cherche par mes actions à nourrir mes propres bénéfices : « Dans le fond il n’y a que MOI qui compte, c’est une question de survie. »
  • Je me compare aux autres, en me mettant en avant: « Dans le fond, je suis bien le meilleur. »
  • Je me compare aux autres, et je me sens nul. Interrogez-vous sur les gens qui vous disent ne pas avoir d’EGO. La manifestation de l’ego, pour eux, se concrétise par le manquent d’estime de soi et la peur de ne pas y arriver.

L’EGO est là pour minimiser les conséquences de nos actes et cherche à rendre les autres responsables. Si une situation qui pourrait me mettre en défaut survient, l’EGO va tout faire pour me faire vivre cela au mieux, quitte à modifier ma perception du réel.

Dans le cadre d’une démarche d’intelligence collective on comprend vite que des participants pilotés par leur EGO (soit dans le contrôle, soit dans une faible estime de soi), ne vont pas se sentir à l’aise.

Comment faire pour limiter l’impact de l’EGO et lever le pied de l’accélérateur ?

Pour vous : RESPIRER (un bon coup, avec le nez), dès que vous sentez votre mental juger, vous opposer, vous comparer.

Si vous animez un groupe vous pouvez aider les participants à détecter les dérives de l’EGO dès que vous percevez le mode CRASH : Contradiction, Réactivité, Analyse, Séparation, Heurté.

L’objectif est de libérer l’esprit, pour qu’il soit disponible à l’autre et au groupe. Et de proposer à chacun d’être centré sur le travail, ouvert aux idées des autres, attentif à ce qui est dit, connecté avec chacun et d’accueillir les idées des autres.

L’outil que je vous propose a été défini par R. Dilts.

Facile à retenir, à afficher, cet outil permettra à un groupe de comprendre les mécanismes qui se jouent et d’avoir des échanges productifs.

Ressources

  • On est foutu, on pense trop. – Dr Serge Marquis – Pour une bonne compréhension des mécanismes de l’EGO avec des exemples concrets.
  • La puissance de la Joie. – Fréderic Lenoir – Pour une approche plus philosophique.
  • Et tu trouveras le trésor qui dort en toi. – Laurent Gounelle – Pour une lecture divertissante sous la forme d’un roman.
  • Collaboration générative. – Robert B. Dilts – Pour ceux qui veulent aller plus loin.

 

NEWSLETTER

Vous êtes un dirigeant, un manager ou une équipe ? Recevez notre newsletter pour booster, faciliter et fédérer votre environnement de travail !

Votre inscription sur notre liste est bien confirmée.

Share This